SCULPTURES & ECRITURES BUISSONNIERES

La pureté est le pouvoir de contempler la souillure (S Weil) 

L'Immaculée Conception 
Chapitre 23 L'Ange Gabriel 

Immaculée Conception


Ch 23


L'Ange Gabriel


Mohamed rentre et se dirige vers Dominique. Ils sont tous deux debout, face à face. Mohamed enlace Dominique. Ils s’embrassent doucement. Un baiser léger, comme un bruissement d’ailes d’ange. Parmi les autres, il n’y en aucun à détourner le regard. Mohamed se retourne et les regarde tous en souriant :

  • On va y aller, Domi. Marie est restée en haut. Tu devrais y aller Joseph. Je vous embrasse tous, les amis. Ce qui devait être fait est fait. Viens Domi.

Tous deux se dirigent vers l’entrée, accompagnés des autres silencieux. Ils mettent leurs manteaux, ils sortent. Les cinq autres sont sur la terrasse de devant à regarder Dominique et Mohamed, qui montent dans leur voiture et s’éloignent en direction du village.

Ils rentrent. Joseph referme la porte, il la verrouille. Il leur dit qu’il va rejoindre Marie dans leur chambre. Il demande à Elisabeth et à Alain de trouver une solution pour l’hébergement d’Isabelle, puis il les embrasse et s’éloigne d’eux, qui rejoignent le salon.

- Un dernier verre, demande Jim ?

Il remplit les verres : champagne pour les filles, eau gazeuse pour Alain, whisky pour lui-même.

Chacun occupe un fauteuil. Alain remet du bois dans la cheminée et éteint toutes les lampes, sauf celle du fond, à côté de la bibliothèque anglaise.

  • Ca fait bizarre, non, demande Alain ?

  • Oui, un peu, répond Elisabeth. Pourvu que tout cela serve à quelque chose. Enfin, je veux dire que j’espère que Marie sera, euh, enceinte.

  • Oui, croisons les doigts, lui répond Isabelle, parce que sinon ce serait délicat pour Joseph et Marie, et Mohamed bien sûr.

  • Et toi Jim, qu’est-ce que tu en penses, lui demande Elisabeth. Tu ne dis rien ?

  • Oh, il n’y a rien à dire, si ce n’est ce qu’a dit Mohamed tout à l’heure : ce qui est fait est fait. Il n’y a plus qu’à attendre. Pendant combien de temps ? Un mois ?

  • Ben, tout dépend du cycle de Marie, lui répond Isabelle. Si elle est en période d’ovulation, c’est moins d’un mois. C’est plutôt chouette de la part de Mohamed, et de Dominique, non ?

  • Ouais, c’est chouette et c’est bizarre, insolite, ajoute Jim. Et puis, un peu cocasse quand même, parce qu’ils s’appellent Joseph et Marie. Et que l’ange Gabriel, c’était Mohamed !

  • L’ange Gabriel ? Ce n’est pas lui qui a mis la Vierge Marie enceinte ! Sinon, ce ne serait pas l’Immaculée Conception, lui répond Isabelle !

  • Oh là, là ! Le sexe des anges, le dogme de l’Immaculée Conception. Je ne sais pas si c’est très catholique ou byzantin, comme sujet de discussion !

  • Oh, Alain! How funny you are!

  • En tout cas, je révise complètement mes représentations sur les homosexuels. J’avais des idées un peu simplistes, en fait, dit Elisabeth.

  • Pourquoi ? Qu’est-ce que tu ne savais pas, lui demande Jim ?

  • Eh bien, je ne me rendais pas compte qu’un gay pouvait faire un enfant de cette façon-là. Enfin, je veux dire, c’est idiot, ce que je dis, je m’en rend compte en le disant et en voyant vos airs ahuris, je veux dire, euh, bon, je connais l’existence de la bisexualité, mais je croyais que quelqu’un qui vivait en couple, comme Mohamed ou Dominique, ou vous deux, vous aviez fait un choix. Enfin non, c’est idiot, ce que je dis. Tout est affaire tout compte fait de désir et d’amour. C’est plus le fait de faire l’amour par charité qui me paraît étonnant ! Parce que vous les hommes, vous n’avez pas d’érection sur commande, quand même ! Sans être curieuse, voyeuse ou malsaine, je me demande comment cela ça s’est passé !

  • Moi non, dit Isabelle. Ca s’est passé comme ça se passe entre deux personnes qui décident de faire l’amour, non ?

  • Enfin, toi Jim, si tu n’avais pas eu ton, oui, ton problème de santé, et toi, Alain, si Marie n’avait pas été ta belle sœur, vous auriez pu ? Tout à l’heure, Alain, tu disais que tu ne ressentais aucun désir pour les femmes, non ?

  • T’es vraiment indiscrète, Elisabeth, lui réplique Alain. Oui, bien sûr, cela ne se commande pas, je crois que j’aurais eu du mal, mais s’il y a de la tendresse, peut-être. J’en sais rien. Bon, moi, je m’en vais me coucher.

  • Je te suis ? On occupe la salle de bain du haut quelques minutes, les filles. Demain matin, on ira voir pour ta voiture, Isabelle, dit Jim en embrassant les filles.

Les garçons sortent à deux.

  • Je vais dormir où, demande Isabelle ? Je vais m’allonger dans le canapé, tu sais où il y a des couvertures ou des duvets ?

  • Non. Mais tu peux monter avec moi si tu veux. Cela sera quand même plus confortable pour toi, non ?