SCULPTURES & ECRITURES BUISSONNIERES

La pureté est le pouvoir de contempler la souillure (S Weil) 

Rouge



Rouge


Les autres l'appellent le Chaperon Rouge, car elle déteste s'habiller en rouge vif, le rouge des tomates, des fraises, des cerises ... Elle, ce qu'elle aime, c'est le noir, le pourpre et le violet ; chez les curés, ce sont les couleurs du deuil et de la pénitence. Elle, elle pense que ce peut être des couleurs d'être. Noir aussi son regard : des yeux bruns, l'oeil de biche, qu'elle souligne de khôl et de Rimmel.

Red Chappy aime la perfection : ce sont des séances interminables devant son miroir ; un temps fou à comparer cette jupe à cette autre ; des minutes et des minutes à se coiffer punky avec de la sculpto-laque, à se désodoriser, à se réodoriser, à se bichonner, surtout lorsqu'elle a rencard.

Des loups et des chasseurs, il y en a dans sa vie : des cons et des moins cons, des beaux et des moins beaux, des cleans aussi. Elle croit les aimer, tous et chacun à la fois. Eux disent qu'ils l'aiment : enfin, ils ont envie de coucher avec elle, et elle couche avec eux.

Les autres filles n'aiment pas Reddy Girl : c'est une bêcheuse et une voleuse de mecs, une easy girl. Alors les mecs couchent avec elle et puis la jettent, avant de retourner voir les autres filles.

Mais Reddy Rouge s'en fout : quand elle rentre de son rencard, elle se prend une douche et se rebichonne. Surtout, elle ne veut pas s'attarder aux papillons noirs : l'amour, c'est comme l'eau dans le bac de douche, ça s'écoule avec un drôle de bruit, il reste de l'écume salie et on n'a plus qu'à s'essuyer pour se rhabiller.

Et puis après, elle va dormir, son casque sur les oreilles. Elle s'endort avec sa musique, elle plane, comme elle dit : des musiques dures, si dures, trop dures, des musiques noires et violettes. Sous les ondes opaques, sous le velours pourpre de sa lie, une petite fille dort aux habits de sombre sang coagulé.